Laurent Gaudé, Ecoutez nos défaites

gaudeÉcoutez nos défaites. Elles murmurent dans le silence des plaines d’Amérique, d’Afrique, du Moyen-Orient. Elles nous disent à travers les siècles, que la victoire n’existe pas. Parce que la guerre est une défaite, même pour les vainqueurs, parce que le départ d’Agamemnon commence par le sacrifice d’Iphigénie, parce que tout sang versé pour une conquête, même juste, est une défaite de l’humanité.
Assem travaille pour les renseignements français, missionné dans les territoires en guerre. Mariam est irakienne, archéologue, chercheuse d’objets volés. Elle parcourt le monde à la recherche des trésors dérobés à l’Histoire, pour les rendre au musée auquel ils appartiennent. Si Assem et Mariam se retrouvent cette nuit-là, dans un bar d’hôtel, c’est qu’une longue fatigue s’est insinuée en eux. S’ils se retrouvent, à la croisée de leurs vies, c’est qu’ils comprennent l’un comme l’autre et partagent, leur impuissance et leur nécessité. Assem va partir pour une autre mission, sans doute la dernière, Mariam poursuivra sa traque.
Trois voix s’élèvent autour d’eux, celles de trois grands héros de l’Histoire : Hannibal, Hailé Sélassié et Grant. Vaincus ou victorieux, ils donnent au roman une autre dimension, un souffle épique. Qu’ont-ils pensé sur les champs de bataille ? L’Histoire ne retient que les faits, les dates, les chiffres. Quelle est la part de l’Homme au moment de donner la mort, de conquérir, de combattre l’obscurantisme ?
C’est un ouvrage puissant, où l’air est brûlant, l’odeur du sang amer, où la peur est palpable, et les corps mis à nu. On ressent la terre sous nos pieds, cette terre, toujours la même qu’on pille depuis des millénaires. L’homme est un barbare qui détruit en une minute ce qu’il a mis des siècles à créer. Et continue encore aujourd’hui. Mais Gaudé croit encore en sa dignité, il croit aux mots des poètes, et à l’Art, témoin de l’Histoire et des défaites de l’homme mais seule lumière dans nos ténèbres. C ‘est un livre magnifique, poétique et nécessaire.

Laurent Gaudé, Écoutez nos défaites, Actes Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *